Commune libre d’Aligre
Accueil du site > Cinémaligre > Cinémaligre 2007 : UTOPIES DU QUOTIDIEN

Cinémaligre 2007 : UTOPIES DU QUOTIDIEN

jeudi 11 janvier 2007

D’un Cinémaligre à l’autre

C’est pour porter un regard original sur son quartier et son célèbre marché que la Commune Libre d’Aligre a organisé en septembre 2004 son premier festival de cinéma le « Cinémaligre » avec pour thème, du marché mondial au marché local. L’année suivante, la ville comme bien commun a permis d’aborder les questions d’urbanisme et de politique de la ville. En septembre 2006, revenant au plus près de la vie du quartier et de son marché, avec le thème de La table, de l’étal à l’assiette se sont la nourriture, la cuisine et le repas les objets du festival.

A travers le thème retenu, le Cinémaligre se penche sur les pratiques de proximité, mais découvre aussi comment d’autres temps, d’autres pays, ou d’autres cultures abordent les mêmes questions, recevant souvent des gens venus d’ailleurs pour faire part de leurs expériences.

Le Cinémaligre se veut une manifestation multiculturelle insérée dans son quartier. Projections sur la place du marché, ciné concert, expositions, performances artistiques, musique ou repas, le festival est un espace ouvert où se concentre un large éventail d’initiatives et d’imagination pour la réalisation d’un événement festif. Le festival 2006 a abrité des expositions de photographes habitant le quartier, accueilli une plasticienne amie ou un fidèle groupe de musiciens. Autour des séances de cinéma, le thème de la nourriture et du repas a donné envie à des associations locales ou à des cuisiniers amateurs de s’investir dans des préparations culinaires, comme les repas proposés par l’association Slow Food ou la performance qui a permis à 12 cuisiniers de s’exprimer en public, sur la place du marché.

La plus belle réussite du Cinémaligre est la convergence autour d’une idée d’une multitude de talents, d’enthousiasmes et d’inventions. Programmation, organisation technique et événement sont le fait des habitants du quartier eux-mêmes, action commune qui permet à chacun de s’exprimer pour le plaisir d’être ensemble.

Le Cinémaligre est ainsi une œuvre de réappropriation collective de la culture dans sa diversité, à l’encontre d’une consommation passive et à l’opposé de la standardisation imposée par les médias et les transnationales. À la fois fête et interrogation, il s’empare de la culture dans son sens le plus large, expression artistique bien sûr, mais aussi modes de vie, droits fondamentaux, systèmes de valeur, traditions... Ensemble, les participants au festival cherchent à décrypter et à comprendre les enjeux de société. Ils se donnent les moyens d’imaginer des solutions alternatives et de les mettre en œuvre par l’exercice d’une citoyenneté active et participative.

Cette démarche s’inscrit dans un vaste mouvement qui prend de multiples formes. Partant de notre réalité quotidienne, celles d’urbains de la grande ville, nous faisons le constat que l’expérimentation collective, toute utopiste qu’elle puisse paraître, ouvre la voie du mieux vivre ensemble. Nous constatons également que nos idées et initiatives, aussi modestes soient-elles représentent quasiment une « avant-garde » par rapport à l’action politique que les édiles, pourtant nous représentant, sont à même de proposer et de mettre en place. Sans demi-mesure, ni bla-bla, les habitants que nous sommes, ont su se rassembler pour mettre en pratique des idées aussi simples mais ô combien créatrices de solidarité, de convivialité et donc d’énergie, comme des repas de quartier, des jardins collectifs, des cafés associatifs, des rencontres culturelles de quartier, et par là des débats sur ce qui dans le quartier, dans la ville... dans le monde peut être fait très simplement pour améliorer non pas « notre cadre de vie » comme cela est proclamé sur les innombrables chantiers de repavage de Paris, mais notre vie tout court.

Nous faisons aussi le constat qu’au delà des rues qui font notre quartier, au delà du périf et de toutes les frontières qui tendent à nous isoler s’invente dans un foisonnement d’idées d’initiatives et de pratiques locales, la transformation du monde, face aux modèles imposés comme une fatalité inéluctable par une classe politique sourde aux réalités quotidiennes des citoyens, pensée unique martelée par les médias aux ordres.

Il est temps pour le Cinémaligre d’interroger l’invention collective du quotidien, de dessiner les contours d’un autre possible. Le prochain festival se penchera donc sur la réappropriation de la culture, la prise en charge par les citoyens eux-mêmes de leur propre destin à travers les pratiques alternatives et la démocratie participative. C’est dans la dynamique de Porto Alegre et des autres forums sociaux, et pourquoi pas pour apporter sa modeste pierre à l’édifice que le Cinémaligre 2007 aura pour thème :

Utopies du quotidien

Projet pour le Cinémaligre 2007

Une programmation thématique

Le Cinémaligre 2007 se propose de nourrir le débat par la projection de « films-charge » et de « films ressource » pour constituer, à la veille des élections locales, les fondements d’une amélioration de la vie quotidienne des « habitants des quartiers ».

Pour cela, il s’agirait de décliner chaque jour un thème et de consacrer un vrai temps de débat et de rencontres, nourri des films de la journée, avec plusieurs intervenants invités et un animateur, pour interpréter, discuter, avancer sur la thématique en question. Ce temps de débat serait filmé, cette captation permettrait de constituer ce cahier de doléance en images, ou retranscris sous forme papier. Il n’est pas seulement question de constituer la mémoire du festival, mais aussi de préparer la mise en oeuvre des projets citoyens et d’interpeller les responsables politiques locaux alors en pleine campagne électorale.

Quatre thématiques se dégagent :

Altérité, rencontre, et lien social

L’invention collective passe par la reconnaissance de l’autre dans sa différence. Il s’agit de s’intéresser aux autres non pas pour ce qu’ils possèdent mais pour ce qu’ils sont et ce qu’ils peuvent apporter. Les expériences du passé, le vécu intergénérationnel, le regard de l’étranger, la culture d’ailleurs, les combats individuels nourrissent dans leur complémentarité la construction des alternatives communes.

La ville est à nous

Déclinaison des thèmes de la réappropriation de l’espace urbain, les associations de quartier, le logement, vivre et/ou travailler dans son quartier.

Cultures et culture

Déclinaison du thème des cultures au sens large. Culture pour tous, culture par tous, éducation, pédagogie de la liberté par la culture... Parce que la vidéo est devenue un médium majeur de l’art contemporain qui explore des champs, des temporalités et des formes nouvelles de ce support et nous donne à voir un nouveau cinéma, il nous paraît utile de proposer au public du festival un regard sur ce champ d’exploration. Une sélection de vidéos d’artistes sera ainsi intégrée à la programmation du festival.

Utopies concrètes

Une dernière journée comme un feu d’artifice où nous montrerons les expériences les plus folles, les plus libres, les plus enthousiasmantes...mais complètement possibles !

Un événement multiculturel de quartier

Préparation et organisation collective Les réunions de préparation du festival sont publiques, ouvertes à tous et régulières. Tous ceux qui sont intéressés par le projet seront les bienvenus chaque 2eme jeudi du mois au Cabinet médical, 94 Rue de Charenton.

Dès l’ouverture du Café associatif de la Petite Aligre seront organisées des séances de visionnages de films susceptibles de s’insérer dans le projet.

Le Café Associatif

La CLA doit ouvrir le Café associatif « La COMMUNE » À l’été prochain. Il sera naturellement un des lieux du festival, avec des projections plus intimes ou comme lieu de débat et d’événement en relation avec la programmation. Quelques pistes :

- Séances de formation à l’éco-citoyenneté

- Initiation aux logiciels libres : l’utilisation croissante des logiciels libres autant par les entreprises que par les particuliers impose doucement une nouvelle vision de l’informatique basée sur la liberté et la fraternité. Durant le festival, des démonstrations autour de ces nouvelles pratiques permettront de les faire découvrir au public.

Et dans l’esprit du Café associatif, toute autre initiative est la bienvenue...

Un festival ouvert sur le quartier

- L’annonce de l’événement dans le quartier dés le week-end qui précède par un déambulatoire artistique qui pourrait être fabriqué dans l’atelier partagé du 100 rue de Charenton et être animé par des artistes et des musiciens.

- Programme et débats du jour pourraient être annoncés aux heures de marché par un harangueur.

Vidéo doléance

Ce Cinémaligre donne la parole aux citoyens d’Aligre pour constituer un grand cahier de doléance et c’est le moment ou jamais de mettre en place, non plus le vidéomathon, mais le VIDEODOLEANCE. Nous confisquerons (emprunterons) un isoloir à notre mairie favorite dans lequel sera fixée une boîte caméra qui enregistrera les doléances de chacun sur les thèmes de la journée ou non. Ce merveilleux outil de démocratie, ce crachoir de vérités, sera décliné de deux manières. Il sera monté sur des roulettes et sera transporté sur le marché le matin, chacun pourra s’y isoler, et il sera placé sur le site du Cinémaligre le reste du temps de manière plus fixe.

Un événement festif et gastronomique

Bien sûr, continuons à cuisiner collectivement pour proposer des repas où mijotera la mixité culturelle du quartier.Et comme le Cinémaligre 2007 sera politique, reprenant l’idée de 1848 nous envisageons l’organisation d’un BANQUET REPUBLICAIN. Ce banquet pourrait se tenir sur la place d’Aligre avec un repas cuisiné collectivement, ou en reprenant la formule des repas de quartier. Animé par des comédiens, il pourrait permettent à chacun de s’exprimer librement et d’interpeller les élus.

L’appel à création

Comme chaque année nous appelons chaque citoyen-créateur à s’exprimer sur ce thème des Utopies du quotidien en images. En amont du festival nous lançons un appel à création de films courts autour du thème du festival. Les films ainsi réalisés seront projetés en début de chaque séance et donnerons lieu à un vote du public. Ainsi les spectateurs désignerons pour la troisième année les heureux lauréats du Cinémaligre qui repartirons, avec le Maillot d’or (sculpture créée pour le Cinémaligre par Philippe Maillot, artiste d’Aligre) ou l’une des productions géantes (mais certifiée sans OGM) du jardin collectif du quartier d’Aligre.

Ciné-goûter

Le traditionnel ciné-goûter : une séance de cinéma pour les enfants suivie d’un goûter offert par les commerçants du quartier est bien sûr toujours au programme de cette édition.

Ciné concert

Le projet de ciné-concert pour cette édition 2007 consiste en la création d’un spectacle de musique improvisée sur un film muet (à déterminer) par des musiciens amateurs (ou non) du quartier d’Aligre et encadré par des musiciens du Surnatural Orchestra.

Ce travail, qui s’appuie sur la collaboration de Surnatural Orchestra et de la CLA depuis 2004, reprendra les techniques utilisées par le groupe pour les précédentes créations mais sera, cette fois-ci, mené dans un but de pédagogie pour les musiciens du quartier, dans un esprit de participation locale et de création collective. Le contenu pédagogique sera essentiellement l’apprentissage, par les participants, du Sound Painting, langage d’improvisation dirigée qui permet l’initiation aux techniques d’improvisation collective de manière simple et ludique, et qui peut s’adresser à des musiciens de tous niveaux, ayant ou non pratiqué l’improvisation par le passé.

Par ce biais, seront abordées les notions d’écoute collective, de son d’ensemble, de prise de décision, de responsabilité dans la construction de la musique créée en temps réel.

Ce travail sera orienté vers la création d’une œuvre collective et éphémère sur un film muet, présenté lors du festival, par exemple en première partie d’une projection traditionnelle ou d’un autre ciné-concert. Le format du film pourrait être d’environ trente minutes. Pourraient s’adjoindre aux participants une partie des musiciens de Surnatural Orchestra afin d’étoffer la formation et de favoriser les rencontres et la transmission du savoir-faire. La création s’efforcera d’être réellement collective, avec une attention portée sur un fonctionnement participatif quant aux choix artistiques (le découpage, la structure, le sens du propos). Une réflexion pourra s’établir sur le rapport à l’image, le choix d’être en adéquation ou en opposition avec le film. Le travail pourrait se répartir sur les week-ends de septembre précédant le festival plus quelques soirées en semaine avant la représentation, afin d’ouvrir le stage à tous, quelque soit leur disponibilité (étudiants, lycéens, personnes ayant un travail régulier...)

Ce projet permettrait de continuer la collaboration entre le Surnatural Orchestra et la Commune libre d’Aligre autour de l’élaboration de programmes accessibles et exigeants, et entrerait parfaitement dans la thématique du Cinémaligre sur l’éducation populaire et la culture de proximité.

Le Cinémaligre en pratique

L’édition 2007 du Cinémaligre se déroulera du vendredi 13 septembre au dimanche 16 septembre. Nous installons à nouveau notre chapiteau sur le terrain d’Education Physique du 7 rue d’Aligre. Et nous serons présents sur la place d’Aligre avec une ou deux projections en plein-air, ainsi qu’au Café Associatif « La petite Aligre », 3-5 rue d’Aligre. Les projections auront lieu sous chapiteau, de 11h à 23h (3 ou 4 séances par jour). Repas proposés sur place.

Contact : cinemaligre@cl-aligre.org

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0