Commune libre d’Aligre
Accueil du site > Agora > Création d’un observatoire de l’état d’urgence dans le 12e et RÉUNION PUBLIQUE (...)

Création d’un observatoire de l’état d’urgence dans le 12e et RÉUNION PUBLIQUE MARDI 16 FÉVR. 20H À LA COMMUNE

lundi 1er février 2016

La Commune libre d’Aligre s’associe à La ligue des Droits de l’Homme 12e, Attac 12e, Amnesty international 12e, le collectif vigilance pour les droits des étrangers 12 - RESF et des citoyens du 12e, dans la création d’un observatoire de l’état d’urgence, prolongé ce 26 février pour 3 mois.

En réaction à l’horreur des attentats, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis aggravé et prolongé pour une durée de trois mois. Au niveau national, un certain nombre d’organisations ont immédiatement exprimé leurs craintes vis-à-vis de ce régime d’exception. Un appel unitaire « Nous ne céderons pas » a été signé par 72 associations et 15 syndicats (http://www.nousnecederonspas.org/appel-unitaire/), une centaine d’organisations ont rendu public un texte « Sortir de l’état d’urgence », le 17 décembre 2015 (http://www.nousnecederonspas.org/sortir-de-letat-durgence/), et une pétition « Pour nous, c’est définitivement non !? », que nous vous invitons à signer nombreux.

En déclarant que la procédure et les mesures adoptées étaient pour le moins problématiques, les organisations ont voulu faire entendre une voix discordante. Elles ont voulu affirmer que, dans ce débat récurrent entre libertés et sécurité, il est illusoire de penser qu’on combattra le terrorisme en affaiblissant les droits fondamentaux.

Depuis trois mois, et sans contrôle préalable de la justice, la police entre jour et nuit chez toute personne qu’elle considère comme « suspecte », perquisitionne lieux de travail ou domiciles, prend une copie du contenu des ordinateurs ou des téléphones mobiles. L’assignation à résidence, avec les contraintes qu’elle implique, est facilitée. Dans un cas comme dans l’autre, le vague des motifs invoqués dépasse de beaucoup la prévention et la répression d’actes de terrorisme.

Dans le 12ème, les organisations signataires ont décidé de mettre en place un « observatoire de l’état d’urgence », dont le rôle sera l’identification des abus et des atteintes aux droits des citoyens. Les personnes qui en seront victimes ou témoins pourront les communiquer à l’observatoire à cette adresse obsetaturgence.p12@gmail.com

Enfin, pour discuter ensemble, nous vous proposons de participer à une réunion « L’état d’urgence : danger pour les libertés ?! » au café associatif « la Commune »,

3 rue d’Aligre, 12e

Mardi 16 février à 20h

avec deux invités :

Pierre TARTAKOWSKY

Président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme

et Edwy PLENEL

Rédacteur en chef du journal en ligne Médiapart

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0