Commune libre d’Aligre
Accueil du site > Festiv’Aligre 2012 > Le festival nouvelle formule : Vive le FESTIV’ALIGRE !

Le festival nouvelle formule : Vive le FESTIV’ALIGRE !

vendredi 13 janvier 2012

POUR RETROUVER LE PROGRAMME CLIQUEZ ICI

« L ?espace public ne peut ni se décider ni se circonscrire. Il est fait d’un ou plusieurs lieux où, à un moment donné, il advient que les gens se parlent soudain sans se connaître, et que prennent la parole des personnes qui n ?ont aucune légitimité à le faire. » Eric Hazan, « Espaces sidérants », CQFD, juin 2008

Après 8 ans de Cinémaligre, 4 jours de festival de cinéma et de spectacles en libre accès, tous les mois de septembre, la Commune Libre d’Aligre propose pour 2012 le 1er FESTIV ?ALIGRE, un nouvel événement culturel et populaire de grande ampleur qui élargira son spectre à tous les arts populaires de la rue et qui prendra place sur la place et la rue d’Aligre. Il sera gratuit et s ?adressera, comme d ?habitude, à aucun public ciblé particulièrement mais bien à tous les publics !! Il s ?agira d ?occuper l’espace-temps du quartier d’Aligre, la place, ses « extensions naturelles » et ses activités quotidiennes - la rue, les marchés (Beauvau, marché forain, brocante), la « petite mairie », les cafés, les immeubles ? le matin dés l’aube avec l’installation du marché, le temps du marché, de son rangement et de son nettoyage avec le ballet des éboueurs, l’après-midi plus calme, jusqu’à la nuit ? avec des formes artistiques qui s’inscrivent in situ, dans une relation aux lieux et aux habitants et qui fassent la part belle aux spectacles vivants, la parole, la rencontre, l’échange, la participation : avec par exemple des fanfares, du cirque, du théâtre de rue, de l’art de l’affiche, de la cuisine de rue, des repas de quartier et des banquets républicains, du cinéma en plein air, une agora, des « discussions de comptoir » ou de la prise de parole publique, un bal populaire ?. Pour cela, nous établirons des partenariats avec des compagnies de spectacle vivant pour la mise en place et l’adaptation de certains de leurs spectacles au quartier, et pour l’animation d ?ateliers de création à destination des habitants. Ces journées seront ainsi ponctuées de spectacles gratuits en plein air pouvant accueillir des centaines de personnes et des petites formes et interventions dans le marché, les cafés etc. Il s ?agit aussi d’impliquer la population à la création de cette manifestation et nous comptons sur son propre génie créateur en l ?invitant à prendre part aux réunions mensuelles d’organisation. Parmi ces habitants, il y a bien sûr les nombreux militants de la CLA, la forte expérience d’animation de quartier de celle-ci et ses partenariats avec de multiples collectifs pour mettre en place la convivialité et la réflexion à travers repas, ateliers, conférences, jeux etc.

Le Festiv’Aligre se déroulera les 21, 22, 23 septembre 2012. Pour participer à sa réalisation, apporter des idées, rendez-vous tous les 2èmes lundis du mois 20h à la Commune - 3 rue d’Aligre.

« Un espace public réussi est un espace qui permet le débat. » Nicolas Frize

L ?enjeu du Festiv ?Aligre pourrait être contenu dans un sous-titre qui serait « Place-public », il s ?agit en effet de remettre en valeur l’espace public et de redonner à ses habitants leur place d ?acteurs citoyens.

L’objectif de ce projet - comme en général celui de la Commune Libre d’Aligre - est d’interroger et d ?occuper l’espace public, voire le reconquérir, face au développement des activités commerciales et privées, à la sécurisation à outrance, pour qu’il redevienne l’espace commun de ses habitants et des ses usagers où vivre ensemble, se rencontrer, échanger. Nos intentions restent ainsi fidèles aux principes du début : nous cherchons simplement, depuis toujours, à animer un « bout de territoire », à occuper la place publique. C’est pourquoi nous désirons inscrire le prochain festival dans des espaces qui ne sont pas habituellement des lieux de spectacle mais des lieux d ?activité de notre vie quotidienne : le marché, les halles, ces rues qui convergent vers la place d’Aligre. Ainsi, nous tenons à dépasser les frontières de la sphère culturelle pour questionner plus profondément les rapports entre l’homme et son environnement immédiat. Par exemple, les cafés de la place d’Aligre pourraient à cette occasion, se transformer en « kiosque à parole », en ménageant des temps de convivialité pour lancer des passerelles entre des questions globales et des réalités locales. Les spectateurs-habitants seraient invités à partager leur point de vue avec des commerçants à propos de l’avenir du marché par exemple etc. Nous voulons aussi des débats sur l’actualité plus large du quartier dans la cité : le mobilier public, les flux et les modes de circulation, la signalisation, l’urbanisme, l’architecture, la privatisation des murs par la publicité, la mise en place de caméras de surveillance, la gestion des arbres et des parcs etc ? autant d ?éléments si souvent « pensés » sans concertation réelle avec ceux qui les vivent tous les jours. Et débattre aussi le scandale de la spéculation immobilière qui creuse chaque jour la ségrégation sociale.

Comment faire une place à la parole sensible, comment réfléchir ensemble, c’est la question de la pratique démocratique qui est en jeu.

« Alors tous ensemble, nous serons armés pour nous entendre, pour lutter contre l’individualisation, la solitude, l ?obsession quotidienne, pour réfléchir sur l’avenir de la ville et de nos objets, pour ne pas laisser l’appétit des techniques et la logique des profits décider à notre place, en nous demandant après de faire moins de bruit !!!" (Nicolas Frize-Écho Bruit n° 57 janvier 1993)

À travers les différentes expressions artistiques qui se déploieront lors de la manifestation, la Place d’Aligre et ses activités quotidiennes seront mises en spectacle poétiquement et politiquement pour favoriser la réflexion, la parole, l’imagination, la rencontre.

RÉUNIONS DE PRÉPARATION TOUS LES 2ÈMES LUNDIS DU MOIS 20H À LA COMMUNE !!

Comme à son habitude dans la préparation de ses projets, la CLA met en place tout au long de l’année des moyens qui permettent une grande participation des habitants dans la conception, l’organisation et l’animation de ces journées : réunions mensuelles publiques, rencontres avec les artistes, repérages dans le quartier, établissement de partenariats avec les acteurs du quartier et avec d’autres collectifs ou personnalités, ateliers de fabrication (décors, costumes etc.), cuisine ? Bref, nous voudrions, à nouveau, rassembler autour d’un projet à construire et ce processus de création ira ainsi vers des projets inventés sur, pour et avec tous les habitants du quartier. Notre objectif est une fois de plus de produire les conditions d’une rencontre populaire avec le geste artistique pour agir sur notre lieu de vie quotidien, le festival s ?annonce ainsi comme l ?invention possible d’un lieu (Aligre) offert à des artistes, en chair et en os, pour que ces derniers deviennent des « habitants du quartier » pendant un temps, et qu’ils trouvent leur manière de participer à sa vie.

Les effets de cette tentative sont difficilement mesurables. Quoi qu’il en soit le festival joue un rôle sans doute essentiel en questionnant la culture locale et en proposant aux habitants que leur lieu de vie dans la ville ne soit pas seulement un lieu de consommation mais d’échanges au sens noble du terme.

Cette prise temporaire du territoire, spectaculaire, poétique et politique sera un moment marquant, perturbant la réalité quotidienne du lieu et mobilisera durablement les habitants sur leurs relations à leur environnement.

« L’œuvre est une arme formidable, qui bouleverse beaucoup, qui s ?adresse à l’essence des choses et dépasse leur rationalité, ce qu’un discours militant a plus de mal à faire. » (Nicolas Frize Revue Mouvement n°8 - p22 - Propos recueillis par Jean-Marc Lachaud 2000)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0